mardi 29 avril 2014

L'essorillement canin (la taille esthétique des oreilles)

L’AMVQ (l’Association des médecins vétérinaires du Québec) se prononce officiellement CONTRE l’essorillement canin (la taille esthétique des oreilles) * 

L’AMVQ s’est appuyé sur les faits suivants pour prendre position contre la taille des oreilles chez les chiens.  
  1. Les vétérinaires ont un devoir social de veiller au bien-être animal.  L’essorillement ne devrait être pratiqué que si l’animal présente une condition médicale justifiant cette procédure et non pas pour des raisons esthétiques et de standards de race.  
  1. L’essorillement cause de la douleur inutile. Il s’agit d’une chirurgie qui présente des risques de complications telles qu'une infection, une mauvaise guérison, une déformation du pavillon de l’oreille, etc…).  
  1. En raison de la convalescence engendrée par la douleur et la présence de bandages, l’essorillement prive le jeune chiot d’une portion de sa période de jeu et de socialisation, si importante à son équilibre psychologique et à son développement.  
  1. La position des oreilles tient une part importante dans le langage canin.  En modifiant le décodage des signaux corporels de l’animal, l’essorillement peut donner lieu à des problèmes de communication et de potentiels conflits, tant pour les humains que pour les autres chiens.  
 À la Clinique vétérinaire Rosemère, nous appuyons l’AMVQ dans cette prise de position.  Nous refusons de pratiquer cette intervention pouvant nuire au bien-être du chien et qui comporte des souffrances inutiles.  Nous tentons plutôt de conscientiser les éleveurs et propriétaires d’animaux à l’inutilité de cette procédure et préconisons un changement dans les standards de races. Nous souhaiterions que cette intervention soit interdite au Québec, à l’instar de nombreux autres pays et provinces.

Joanne Corbeil, DMV 
Source: Le Rapporteur, le magazine des médecins vétérinaires du Québec, janvier 2015 

Maladies transmises par les tiques et moustiques


Avec la belle saison, nous arrive comme à chaque année, le moustique, notre fameux maringouin et sa non moins  désagréable collègue, la tique.  Outre que ces deux affreux nous empoisonnent la vie estivale c’est surtout à cause de leur rôle de transporteurs de bactéries et de parasites qu’il faut s’en inquiéter.

La maladie du ver du cœur est transmise par un moustique qui s’est infecté en piquant un chien atteint.  Il transporte les larves avec lui et les injecte à un autre animal au moment de sa piqure.  Les larves deviennent adultes et finissent par envahir le cœur et les artères du chien.  Ces vers adultes se reproduisent  et les femelles libèrent de nouveaux microfilaires (bébés vers)  dans son sang.  Alors si un autre moustique pique ce chien, le cycle recommence. 

Même si au départ le chien infecté ne manifeste pas de symptôme,  cette accumulation de vers dans le cœur peut mener à une insuffisance cardiaque et à la mort.

La maladie de Lyme est causée par une bactérie transportée cette fois par une tique.  La tique porteuse qui mord un animal lui transmet la maladie.  Les symptômes de cette maladie sont de la fièvre, une perte d’appétit et des boiteries avec enflures des articulations.  La maladie peut évoluer vers une atteinte des reins et être mortelle.

Heureusement, ces deux terribles maladies peuvent être détectées et si traitées rapidement, les chances de rétablissement sont excellentes. Un simple test avec quelques gouttes de sang nous donne un résultat rapide. 

Dans le cas de la maladie du ver du cœur une médication préventive donnée une fois par mois durant la période à risque (été et automne au Québec) est possible.

Agissez de concert avec nous pour détecter rapidement une infection car une intervention précoce est essentielle à la bonne santé de votre animal. Ainsi, si  votre chien a été exposé à ces maladies nous pourrons rapidement mettre en place un traitement.