jeudi 4 juin 2015

ON A RAISON D’AVOIR PEUR DE LA RAGE


La rage est une maladie mortelle à 100% lorsque les symptômes ont commencés. Elle se transmet généralement par la morsure, griffure ou léchage d’un animal sauvage enragé. Ce qui ne signifie pas que vous le reconnaîtrez immédiatement.   En effet, il peut avoir l’air gentil, s’approcher de vous et ne pas avoir peur. C’est un comportement anormal pour un animal sauvage dont vous devriez vous méfier.

         Les symptômes qui se manifestent chez un animal (ou un humain) infecté du virus de la rage sont :

·        Changement de comportement : perte de la crainte de l’humain ou au contraire agressivité anormale ou bien léthargie.

·        Paralysie, démarche chancelante, faiblesse

·        Posture anormale : tête basse, mâchoires relâchées, expression faciale anormale

·        Salivation excessive

·        Diminution de la consommation d’eau et de nourriture

·        Morsures répétitives inexplicables (de ses propres membres par exemple)

Il y a différentes souches du virus de la rage. Au Québec, on en a identifié trois : la rage du renard qu’on retrouve au nord du 55e parallèle, la rage du raton laveur au sud (1er cas répertorié en 2006) et la rage de la chauve-souris qu’on retrouve dans toutes les régions du Québec.

         Le virus de la rage est un virus neurotrope, c’est-à-dire qui voyage par les nerfs pour se rendre au cerveau et à la moelle épinière.  C’est une fois rendu au cerveau qu’on  note les changements de comportement.  Le virus se rend ensuite vers les glandes salivaires et les yeux. À ce moment-là il n’est jamais dans le sang et donc il est hors de portée du système immunitaire. Il n’existe aucun traitement pour en guérir une fois le cerveau atteint.

         La vaccination préventive va permettre au système immunitaire de se fabriquer une défense et d’attaquer le virus dans la plaie de morsure AVANT qu’il ne prenne le chemin des nerfs jusqu’au cerveau.

         Lors d’une morsure suspecte, bien laver la plaie au savon et à grande eau pendant 10 à 15 minutes. Puis par précaution, un vaccin sera administré. Cela aidera le système immunitaire à  combattre le virus présent dans le muscle.

 
         Lutter contre la RAGE incombe de la responsabilité des vétérinaires, du gouvernement mais aussi de vous, propriétaires d’animaux.

·        En faisant vacciner vos animaux de compagnie et d’élevage

·        En informant les autorités si vous soupçonnez un cas de rage                                                                    (service Québec                                  1-877 -644-4545 ou www.rageduratonlaveur.gouv.qc.ca)

·        En enseignant à vos enfants à ne pas s’approcher ou jouer avec un animal sauvage ou un animal domestique inconnu.

·        En ne pas essayer d’élever un animal sauvage orphelin ou blessé.

·        En tenant le contenu de vos poubelles inaccessibles aux animaux.


Le 4 décembre 2014, il y a eu un cas de rage confirmé chez un chat domestique à Roxton Fall en Montérégie. Chaque année, des chauves-souris et des renards sont aussi trouvés infectés par le virus de la rage.

         La chauve-souris est présente sur tout le territoire québécois et sa morsure peut passer inaperçue tant ses dents sont fines comme des aiguilles acérées.  Nous vous recommandons de ne jamais manipuler à mains nues une chauve-souris, même morte.  Mais votre animal, chien ou chat, ne résistera pas à la tentation de la prendre dans sa gueule. Le seul moyen alors pour éviter qu’il ne contracte la rage et risque de vous la transmettre est de le faire vacciner.

         Protocole de vaccination chez le chien :

         1er vaccin : à 4 mois d’âge environ

         2e vaccin : un an après la première vaccination

         3e vaccin et suivants : 3 ans après la date de vaccination

        

         Protocole de vaccination chez le chat :

         1er vaccin : à 3 mois d’âge environ

         2e vaccin : un an après la première vaccination

         3e vaccin et suivants : un an ou 3 ans après la date de vaccination selon l’homologation du vaccin utilisé.

 
Dans le cas d’une morsure suspecte, il est recommandé de vacciner immédiatement même un animal déjà vacciné.

         Les furets peuvent aussi bénéficier de la vaccination contre la rage.